Solvabilité 2 & Transparisation : De nouvelles opportunités de marché – Quelle méthode pour se benchmarker

Par Chloé Chaufard & Constance Gangneux | 06.11.2019

Le marché des solutions de transparisation, en pleine mutation, est favorable aux assureurs

Le 1er Janvier 2016, la Directive Européenne «Solvabilité 2» est entrée en application  et a imposé aux assureurs de « transpariser » leurs actifs, c’est-à-dire collecter auprès des gérants d’actifs chacune des lignes de leur portefeuille et de les consolider. Les compagnies et mutuelles d’assurance ont dû mettre en place rapidement des solutions de transparisation mais n’ont pu choisir que parmi peu de fournisseurs.

Dans les premières années, le marché de la transparisation s’est consolidé autour d’un petit nombre d’acteurs, souvent des filiales de grandes banques. Les premières solutions développées fonctionnent mais sont onéreuses, peu flexibles et ne permettent que rarement de transpariser un volume de fonds important.

Depuis peu, de nouveaux acteurs entrent sur ce marché et offrent des prestations équivalentes voire supérieures pour des prix plus avantageux. Cette nouvelle génération de solutions est proposée par des Regtechs, des plateformes de données et même par certaines banques qui ont réorienté leur service vers des solutions plus technologiques.

Contrairement aux solutions de services classiques, les nouveaux entrants misent sur la digitalisation et l’automatisation de leurs processus pour minimiser les coûts tout en maximisant les contrôles, en profitant des travaux de standardisation mené par le Club Ampère (format d’échange de données TPT).

Un marché en mutation avec l’arrivée de nouvelles solutions technologiques

Le marché se transforme et remet en cause le business model traditionnel de l’offre de services intégrée de transparisation de fonds. Les solutions technologiques offrent de nouvelles opportunités aux assureurs qui ont alors tout intérêt à benchmarker leurs contrats actuels pour tirer parti de cette nouvelle donne.

Pour preuve, WeeFin a récemment accompagné un grand assureur français dans le choix d’une solution de transparisation. L’étude menée au préalable a permis à l’assureur de réduire très significativement ses coûts de transparisation.

Quelle méthode appliquer pour benchmarker les solutions de transparisation? Nous nous proposons de décrire la méthode WeeFin après avoir rappelé les enjeux de la transparisation.

Quelles sont les enjeux de la transparisation ?

La mise en œuvre de la transparisation suppose de répondre à 5 enjeux majeurs : (1) la collaboration, (2) l’évolutivité, (3) le rendement, (4) la Data et (5) la technologie.

Collaboration

Transpariser c’est avant tout collaborer avec plusieurs acteurs : sociétés de gestion, dépositaires, fournisseurs de données et de solutions technologiques.

  • Contractualisation

Le transfert d’un inventaire suppose en général la signature d’un contrat entre la société de gestion, le prestataire de la solution de transparisation et l’assureur. Une bonne collaboration entre chaque service juridique permet de récupérer au plus vite les données. Il est essentiel d’entretenir de bonne relation entre ces différents services juridiques étant donné que la contractualisation avec de nouvelles sociétés de gestion peut intervenir à tout moment de la prestation. L’enjeu pour l’assureur et son prestataire est de maintenir le mode de contractualisation le plus simple possible (ex : privilégier des contrats bipartites et non tripartites). Certaines solutions digitales permettent également de contractualiser via des CGU (Conditions Générales d’Utilisation), ce qui raccourcit grandement le temps juridique.

  • Collaboration entre la société de gestion et le fournisseur de solution de transparisation

La relation entre ces 2 parties est déterminante pour la suite de process de transparisation. La société de gestion doit fournir au prestataire de solution de transparisation des données de qualité au format TPT dans le délai pré-établi afin d’optimiser l’étape de collecte des inventaires.

Evolutivité

La réglementation et les formats de places évoluent régulièrement pour ajuster les calculs, les solutions utilisées doivent donc être mises à jour pour suivre ces changements. De plus, le délai de livraison des reportings est un élément clé à prendre en compte. Le régulateur demandant un reporting de plus en plus tôt, la solution choisie doit être capable d’évoluer rapidement pour répondre à cette contrainte.

Rendement

Le nombre de fonds à transpariser, la méthode utilisée (lignes à lignes complet, proxy, …) et la fréquence de production doivent faire l’objet d’une analyse de rendement (baisse de SCR, attentes du régulateur, …) VS du coût (opérationnel, fournisseur de données et prestataire) afin d’optimiser l’effort de transparisation.

 Data

  1. TPT

Les sociétés de gestion doivent fournir les inventaires dans un format de place, le TPT (Tripartite Template). Près de 95% d’entre elles sont capables de transmettre les données dans ce format. Certains assureurs peinent pourtant à récupérer la totalité de leurs inventaires en TPT. Cela impacte directement la durée du processus de transparisation.

  1. Enrichissement et uniformisation de la donnée

Les données transmises par les sociétés de gestion doivent être enrichies et uniformisées. Cette étape est en général gérée directement par le prestataire. Il existe deux méthodes : soit en utilisant un référentiel interne, soit en faisant appel à un fournisseur de données externes (Bloomberg, Factset, etc.). Si le prestataire externalise cette tâche, cela ne doit pas se faire au détriment d’un contrôle interne. De plus, il faut s’assurer que les données, provenant de fournisseurs externes, peuvent être exploitées contractuellement par l’assureur.

Technologie

L’innovation technologique actuelle (Data Pipeline nouvelle génération, Big Data, etc.) permet d’envisager un processus de transparisation plus automatisé : Collecte des inventaires via APIs, contractualisation avec les sociétés de gestion par CGU et contrôle de la donnée via du des algorithmes plus sophistiqués.

Mais le digital permet surtout d’améliorer le service aux utilisateurs via la mise à disposition de plateformes innovantes pour suivre la collecte en temps réel et de simulation pour visualiser l’impact sur son SCR d’une modification de l’allocation.

Process de transparisation

Process de transparisation

 

S’orienter vers une solution  technologique, est-ce possible ?

De nouvelles solutions disruptent le marché

 Ces dernières années, les nouvelles solutions technologiques ont permis une réduction significative du coût de la transparisation tout en proposant une qualité équivalente ou supérieure ou en développant de nouveaux services. Ils se sont appuyés sur la technologie pour automatiser leur processus et créer des services à valeur ajoutée (ex: automatisation de la collecte d’inventaires, interfaces de simulation de portefeuille). Leur capacité à transpariser plus de fonds, à être plus efficace sur les contrôles opérationnels et à réduire les ratios SCR en font des concurrents de poids face aux acteurs historiques.

Bénéfices sans précédent

Notre benchmark des solutions de transparisation ainsi que nos dernières interventions démontrent les bénéfices du choix technologique en complément ou en remplacement des solutions proposées par les acteurs traditionnels.

Quelques exemples des bénéfices constatés chez un assureur français :

  • Réduction du coût de la solution de transparisation
  • Délais de livraison des données transparisées réduits
  • Mise à disposition de nouveaux services(interface client de collecte des données, de visualisation et de simulation de portefeuille)
  • Automatisation des tâches manuelles et répétitives

Quelle démarche pour benchmarker son fournisseur de solution de transparisation ?

Revoir son modèle de transparisation suppose de passer par trois étapes : l’étude des solutions du marché, la collecte des besoins en interne et la sélection avec mise en situation des prestataires.

Analyse fine du marché des solutions de transparisation

L’étude menée par WeeFin auprès d’un panel de 50 acteurs montre une grande diversité dans les offres proposées : spécialistes du calcul de risque, services « clé-en-main », plateformes et fournisseurs de données et éditeurs de solutions Front-to-Back.

Lors de l’analyse de ces modèles de services, plusieurs paramètres sont à évaluer pour s’assurer de la pertinence de l’offre :

  • La méthode de récupération des inventaires (format, type de contrat, etc.)
  • Le type de contrôles des données et pré et post enrichissement,
  • Les interfaces utilisateur
  • La méthodologie du calcul du SCR

Collecte et rationalisation du besoin

Plusieurs départements peuvent utiliser les données issues de la transparisation au sein d’une compagnie d’assurance et notamment : la direction des investissements, la direction des risques ou les services reportings.
La phase de la collecte du besoin en interne va donc être décisive afin de garantir l’adéquation entre une solution et les contraintes opérationnelles de chacun.
La grande variété des modèles proposés par les prestataires permettra de moduler le set up opérationnel entre l’assureur et le prestataire externe.

Dans le champs des possibles :

  • La délégation du service de collecte uniquement, le reste des étapes étant réalisés en interne chez l’assureur
  • L’utilisation d’un prestataire allant jusqu’à l’enrichissement et l’harmonisation des TPT, voire le calcul du SCR marché
  • Une chaîne de transparisation 100% externalisée avec un service clefs-en-main allant jusqu’aux reportings réglementaires (ex : S0603).

Mise en situation des prestataires sélectionnés

Lors du lancement de l’appel d’offres, inclure un POC (« Proof Of Concept ») est fortement recommandé. Celui-ci permettra de confirmer que les solutions identifiées lors de l’étude de marché répondent bien au standard de qualité attendu en termes de contrôles et de traitement des données par exemple. L’objet du POC peut porter sur le calcul du SCR, prioritairement sur des fonds complexes et des données hétérogènes. Ce POC permet d’évaluer les répondants sur la qualité de la donnée ou le calcul du SCR, et ce dans un délai restreint.

 

Testé et approuvé

L’expertise réglementaire et technologique de WeeFin a permis d’intervenir auprès d’un grand assureur français dans le cadre d’une étude de marché sur les prestations de transparisation qui sont actuellement proposées sur le marché.

> > En savoir un plus sur cette étude de cas

Besoin d’accompagnement

sur ces nouveaux enjeux règlementaires ?

Découvrez l’approche WeeFin sur la conformité, le risque et les règlementations

Cet article vous a plu ? Partagez-le :)